Article d’un élève en mémoire de R.AUBRAC

par admin1

Voici l’article (version originale en pièce jointe, fichier PDF) écrit par un élève du collège à la mémoire de R. AUBRAC.


Raymond AUBRAC : témoigner jusqu’au bout

Décédé le 10 avril dernier à l’âge de 97 ans, Raymond Aubrac était aux yeux de tous le mari de Lucie et l’un des symboles de la lutte contre l’occupant nazi pendant la Seconde Guerre Mondiale. Co-fondateur de Libération, il était le dernier survivant des chefs de la Résistance arrêtés en juin 1943 près de Lyon avec Jean Moulin, le chef du Conseil National de Résistance. Mais Raymond Aubrac était bien plus que cela. En effet, plusieurs fois par semaine, le vieil homme se rendait dans des collèges de France. Il y racontait son passé de résistant, mais ce n’était qu’un prétexte pour encourager les jeunes à se battre pour leur avenir. Le collège Bellevue à Crosne (Essonne) a eu le privilège de le recevoir...
Nous sommes le lundi 12 mars 2012, il est environ 14h. Dans le hall du collège Bellevue, les élèves de 3ème attendent, impatients, leurs professeurs respectifs pour prendre, à pied, la route de l’Espace René Fallet dans lequel Raymond Aubrac les attend. Les professeurs arrivent, ils prennent en charge leurs élèves et se mettent en route. Certains sont munis de carnets et de stylos, façon à eux de garder une trace de cette intervention qu’ils espèrent enrichissante. Après une vingtaine de minutes de marche, ils arrivent devant la salle et entrent, à la fois anxieux et excités. Ils passent devant l’estrade pour aller s’asseoir et aperçoivent le vieux résistant, souriant, leur lançant des regards bienveillants.
Après les présentations des personnes qui l’entourent, à savoir Alain Girard, le maire de Crosne, Christian Divaret, le principal du Collège Bellevue, Guy Crété, membre de l’AERI et responsable de l’opération « Valeurs de la Résistance, valeurs des jeunes d’aujourd’hui » et Natàlia Santos-Legris, représentante FCPE, Raymond Aubrac commence à parler. L’ambiance est solennelle et aussitôt, une relation particulière s’installe entre les élèves et ce passeur de mémoire. En guise d’introduction, Raymond Aubrac raconte sa vie entre 1939 et 1945. « Je suis un vieux bonhomme », dit-il. Un « vieux bonhomme » qui a pourtant toute sa tête, qui raconte précisément l’histoire de France, son histoire et qui émerveille les élèves par sa force de parole. Il réussit en effet à captiver l’attention des collégiens pendant une vingtaine de minutes durant laquelle il mélange anecdotes et grands moments historiques de la Seconde Guerre Mondiale.
Est venu à présent le temps des questions. Pendant une heure et demie, les collégiens l’interrogent sur des thèmes soigneusement choisis en cours d’histoire. Raymond Aubrac essaye de répondre précisément à chacune d’entre elles tout en faisant mine de ne pas savoir qu’il fait parti des grands personnages historiques et que les questions que lui posent les élèves sont liées à l’histoire qu’il a écrite : celle de la France. La salle reste bouche bée lorsqu’il raconte ses 3 évasions, ses fuites de prison ou encore ses blessures de guerre, notamment la balle qu’il a reçue dans la joue. Et à la question « Pour vous, qu’est-ce-que la résistance ? », Monsieur Aubrac répond simplement et clairement : « Ça consiste d’abord à constater une injustice intolérable, à avoir envie de réagir et à avoir envie de s’engager vers une forme d’action pour réagir contre l’injustice ». Il confie aussi, que selon lui, l’état d’esprit des français par rapport aux résistants s’est modifié entre 39 et 45 : « Entre 39 et 40, nous ne voyons apparaître que quelques graffitis et tracts créés par de jeunes individus isolés contre l’armée allemande et la police de Vichy. Puis, entre 41 et 42, la guerre se modifie. Le recrutement dans la résistance est plus facile. En 1943, l’opinion française devient très favorable à la Résistance ». Une fois la conférence finie, les élèves applaudissent unanimement avec enthousiasme, Raymond Aubrac les salue et les quitte avec ce même sourire bienveillant que lorsqu’ils les avaient accueillis...
Mais nous voilà à présent le mercredi 11 avril, et dans la cour, les élèves ne parlent que de ça. L’annonce de sa mort les a littéralement bouleversés. En effet, le temps, d’une après-midi, une après-midi inoubliable, Monsieur Aubrac s’était transformé en professeur d’histoire hors du commun et les avait transportés au temps de la Résistance, au temps où seulement 1% de la population s’engageait contre l’occupant...
Ultime façon de lui rendre hommage, une autorisation a été demandée au conseil général pour renommer le collège « Lucie et Raymond Aubrac ». Preuve que le passage du vieil homme dans le collège a bel et bien marqué les esprits...

Pablo Maillé